Toi aussi crée ton blog cheval! | Blog de chats | Blog de lapins | Blog de chiens | Photos de chats | Photos de lapins | Photos de chiens

 Infos du Blog

Pseudo : maeva-romane Une question? Contactez-moi!

Description du blog cheval :
le blog trop genial

Création : Samedi 15 Déce 2012
Dernier article : 19 Déce 2012
8 articles
1 commentaires
1580 visiteurs  
Note de ce blog : 7/10*
*Note moyenne pour 3 votants!


<< Novembre 2017 >>
  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • D
  •  
  •  
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  •  
  •  
  •  

Afficher le flipbook!

Les photos de mon (mes) cheval(s) !



 Autour de mon Blog

Note ce blog !




 

La prière du cheval


Mon bon maître,
Je voudrais être ton compagnon honnête plutôt que ta noble conquête.
Apprends à me parler,
Je te comprendrai sans me tromper.
Que ta main soit ferme les rênes,
Alors où tu le veux je t' emmène.
Aie confiance en moi autant qu'il faut,
Ma loyauté ne te fera pas défaut.
N' aie crainte de me charger,
J'ai de la force à dépenser.
Si tu dois te battre,
Qu'un seul ami,
Je voudrais être celui-ci.
Voilà la prière du cheval
bisous
C'était M.
 Posté le Mercredi 19 Décembre 2012 à 19h44 | Laisser un commentaire | Lien permanent

 

Le stresse


Le Stress

En cas de stress, les neurones libèrent une molécule appelée neuropeptide Y : NPY.
Cette molécule réduit l'anxiété, mais ne fait pas que cela : elle limite le stockage des graisses, augmente l'activité (rend le corps réactif), protège les neurones de certaines drogues, augmente la résistance au stress.
Un taux bas de NPY prédispose l'individu à la dépression.

Schéma d'utilisation

Le stress est présent.
Les neurones libèrent les neuropeptides Y.
Le stress diminue.
Suite à leur libération, le taux de neuropeptides "en stock" diminue.
Si l'utilisation de NPY est très forte, il se créé un déséquilibre dans le système, jusqu'à ce que les stocks se reconstituent. En attendant, le taux bas prédispose à la dépression.

Le système nerveux

Le stress active le système sympathique.
Le système sympathique se manifeste selon trois formes :

Libération d'adrénaline (augmente le débit cardiaque) et de noradrénaline (dilate les bronches, rétrécit les vaisseaux)
Activation des glandes surrénales : aldostérone (toxicité du stress par leur effet sur les ions) et cortisol (effet anti-inflammatoire, effet sur les taux de sucre et sur les ions)
Modification du fonctionnement de nombreuses activités indépendantes dont il est responsable (circulation, respiration, digestion ...)
voila autre fiche pour les quiz
c’était m
 Posté le Lundi 17 Décembre 2012 à 19h32 | Laisser un commentaire| 1 commentaire | Lien permanent

bande de travaille


Bandes de Travail

Les protections de travail servent à couvrir le bas des membres du cheval afin d'éviter les atteintes ou les chocs éventuels.

en liberté
au paddock
en longe ou longues rênes
en extérieur
au travail : carrière
Les guêtres

Les guêtre fermées sont très courantes. Elles englobent la totalité du membre, on peut protéger un cheval sur ses quatre membres avec ces guêtres. (Les guêtres ouvertes ne couvrent que l'arrière du membre et ne protègent pas le canon.)Elles sont conseillées pour les jeunes chevaux qui ont parfois des mouvements un peu maladroits ou désordonnés.
Un modèle léger et résistant à l'eau est utilisé sur le marathon (gué).

L'ouverture doit se trouver sur l'extérieur du membre, les boucles ou les velcros se ferment vers l'arrière. Ne pas hésiter à réajuster la fermeture une seconde fois lorsque la guêtre est en place.

Le protège-boulet

Ils sont complémentaires des guêtres, on les utilise sur les postérieurs : ils protègent l'intérieur et l'arrière des boulets, mais pas les tendons.
On les pose un peu plus haut que leur place définitive et on ferme. Puis on les fait glisser vers le bas, le renfort vers l'intérieur et elles prennent leur place naturellement.

Les cloches

Elles protègent la couronne et les glomes.
Trop petites, elles irritent la couronne ; trop grandes, elles risquent d'être enlevées à chaque foulée.
On peut les utiliser pour toutes les disciplines (hors compétition), et pour les chevaux qui se touchent, s'atteignent ou se forgent.

Pour poser les cloches fermées, il faut les retourner, les enfiler sur le membre, et les remettre ensuite à l'endroit. Si elles sont en caoutchouc dur, on peut les ramollir en les trempant dans de l'eau chaude. Les cloches pourvues d'un système d'attache sont plus facile à poser.

Les bandes de polo

La bande de polo est élastique dans le sens de la longueur, contrairement à la bande de repos qui est élastique dans la largeur. Dès que la bande de polo perd son élasticité, il faut la remplacer. Elle protège le membre (mais n'a pas le même pouvoir que les guêtres) et le soutient.
On utilise les bandes de polo sur des chevaux avec des membres larges, ou ayant la peau fragile car elles ne provoquent pas d'irritation. Elles sont proscrites pour le travail en extérieur et le marathon car elles absorbent l'eau. On les utilise pour le travail à pied, en longe ou en longues rênes, en travail attelé sur carrière.

Elles se posent un peu comme les bandes de repos, mais sans flanelles.
Elles ne doivent pas gêner les articulations au travail : genou, jarret, boulet. Elles descendent donc moins que les bandes de repos - on doit toujours pouvoir toucher l'ergot.
Les tours doivent se chevaucher au moins de la moitié de la largeur de la bande. L2 = 1/2 L1. Si le chevauchement est moins que la moitié de la largeur, la bande ne se maintiendra pas en place et glissera en bas du canon.
Il est fortement conseillé de placer 2 tours de chatterton à l'endroit du velcro pour éviter que la bande ne se déroule dans les pieds du cheval pendant la séance, surtout à l'attelage.

Les bandes de travail

La bande de travail est aussi élastique dans le sens de la longueur, mais beaucoup plus fine que la bande de polo (crêpe élastique).

Elle est également beaucoup plus délicate à poser : Il faut éviter tout pli et toute irrégularité. Mal posée, elle peut engendrer des problèmes tendineux.
De ce fait, il existe des coques en mousse à utiliser sous ces bandes (pansement gambee, coque en mousse dure ou autre matière rigide ...)
Elles limitent le problème mais également l'effet de soutien des tendons. Le plus efficace est donc d'APPRENDRE à poser correctement les bandes de travail.

Elle ne protège pas le membre comme les guêtres ou les bandes de polo, mais le soutient davantage.

Il faut éviter de se servir systématiquement des bandes car le cheval développe une accoutumance et une dépendance : les tendons, à force d'être soutenus, travaillent moins et les membres sont fragilisés.
autre fiche pour le quiz
C'était M
 Posté le Lundi 17 Décembre 2012 à 19h29 | Laisser un commentaire | Lien permanent

Les rênes-allemandes


Les Rênes Allemandes:
Les rênes allemandes sont également appelées rênes coulissantes. Il s'agit de rênes beaucoup plus longues que les rênes habituelles, qui partent de la sangle, passent par les anneaux du mors et remontent dans la main du cavalier. L'attache fixe se situe au poitrail, et les rênes coulissent donc dans les anneaux du mors, soit quand le cavalier modifie leur longueur, soit quand le cheval bouge la tête.
A quoi servent-elles ?
Quand elles sont bien installées, elles déterminent le niveau de relèvement de l'encolure maximale que la tête ne doit pas dépasser. En fait, elles ne sont pas "ajustées" comme on l'entend pour des rênes normales, elles ne sont tendues que si le cheval relève l'encolure au dessus d'un point choisi avec raison. L'angle tête-encolure doit rester ouvert, les rênes allemandes ne servent absolument pas à mettre en main. Comment agissent-elles ?
La force exercée sur la bouche est la résultante des deux forces dirigées vers les points arrière des rênes, c'est à dire une bissectrice entre la main et le point d'attache à la sangle. L'action s'applique sur les barres avec une tension multipliée par 1.5 par rapport à l'action initiale de la main du cavalier. Elle est dirigée entièrement vers l'arrière.
Dans quelle contexte ?
Les rênes allemandes sont sensées corriger une positon trop haute ou retournée de l'encolure. Elle l'oriente donc dans une direction désirée, sans la contraindre à une place unique. Le cheval conserve la liberté des mouvements de sa tête, liberté dont il a besoin par exemple pour se plier, tourner, regarder. Toutefois limité dans son amplitude, le cheval rentre plus facilement dans le couloir des aides, mais les rênes allemandes elles-mêmes n'éduquent pas.
- En longe : plusieurs triangles possibles
- En liberté : plusieurs triangles possibles
- En monte sur le plat : deux triangles possibles avec une attache soit au poitrail, soit sur les flancs.
- En monte à l'obstacle : deux triangles possibles avec une attache soit au poitrail, soit sur les flancs. A noter que les rênes allemandes limitent le passage de la ligne du dessus lors du saut, et que les antérieurs peuvent dangereusement se prendre dans les boucles basses au moment où ils sont retroussés.
Trop courante : la mauvaise utilisation !!!
Les rênes allemandes constituent un puissant abaisseur que certains cavaliers auront tôt fait d'utiliser au delà de la raison. Ainsi, il n'est pas rare de voir un cheval "mis en main" par une tension excessive des rênes coulissantes, le conseil venant même parfois d'enseignants !
Réalisant rapidement le pouvoir de soumission des rênes allemandes, le cavalier peureux les adopte en permanence, sans avoir conscience des problèmes que cette mauvaise utilisation engendre :
- Lorsqu'elles sont tendues en permanence, le cheval prend un point d'appui vers le haut, il résiste, et inverse l'effet voulu. Ce faisant, il creuse redoutablement son dos, inversant toute sa musculature, et surtout ne développant pas celle lui facilitant le portage de son cavalier. Sitôt les rênes otées, le cheval remontera encore plus la tête.
- Trop tendues, elles enferment le cheval, conduisent à l'encapuchonnement et compromettent la locomotion : cheval derrière la main ou refus de la main, cheval rétif, altérations de la locomotions, boiteries...
- Une utilisation fréquente fausse l'action des vraies rênes, le cheval n'y est donc pas éduqué.
- Forcer la flexion de nuque maltraite la langue, les barres, provoque une contraction généralisée des mâchoires, de la nuque et des épaules, limitant ainsi le mouvement des antérieurs.
- L'encapuchonnement roue l'encolure au lieu de l'étendre, favorise le retrait des antérieurs sous la masse et avance le centre de gravité : le cheval est déséquilibré sur les épaules.
- La tension augmente au fur et à mesure que le cheval baisse la tête, c'est à dire qu'il obéit !!! Il devrait au contraire, en obéissant, trouver du confort.
Pédagogiquement :
Les rênes allemandes ne sauraient remplacer le travail moelleux des doigts sur les rênes qui asure une contact permanent et intelligent avec la bouche.
Elles ont rempli leur mission quand elles deviennent complètement inutile en toute occasion et à condition de ne pas être remplacé par un autre moyen de coercition (bride, mors à gourmette...). Le but final pour le cavalier consiste à abandonner tout artifice pour faire appel à ses seules aides naturelles.

encore pour le quiz
C'était m.

 Posté le Lundi 17 Décembre 2012 à 19h24 | Laisser un commentaire | Lien permanent

 

Le gogue


LE GOGUE:
Le gogue peut s'utiliser dans le travail monté ou dans le travail à pied, d'une manière fixe ou commandée, et a pour effet principal de fermer l'angle tête encolure.Sur le dessin du manuel ci-dessus, le chanfrein est en deçà de la verticale, le point le plus haut n'est pas la nuque. Quelques pages plus avant, dans le même manuel cette attitude est appelée "enfermée" ou "encapuchonnée" et fait partie des mauvaises attitudes.
Le gogue trop court:

Cette façon de régler le gogue empêche le cheval de se servir de son balancier tête-encolure dans les allures du pas et du galop, et le fige en contraction contre l'enrênement au trot.

à l'arrêt, il faut tirer sur la bouche et la tête pour le mettre en place
au pas, le cheval se cogne contre l'enrênement à chaque foulée. Il en résulte que le cheval est perturbé dans sa locomotion, perd de l'aisance dans ses mouvements, réduit l'accompagnement de son balancier (encolure) avec l'allure. Par la suite, il perd l'aisance des mouvements du corps et des membres dans le pire des cas.
le cheval est constamment tendu sur et par le gogue, la main du cavalier ne fait rien, n'apprend rien, ne peut rien faire, même pas céder puisque le gogue restera en tension sans céder. La communication entre le cavalier et le cheval est impossible. La commissure des lèvres présente des plis donnés non pas par le réglage du montant du mors, mais par le serrage exagéré du gogue.
au galop, il y a un risque de fauchage (oserais-je faire une comparaison avec un humain qui courrerait sans son balancier, c'est à dire avec les mains attachées ?)
Sous prétexte de faire céder la ligne du dessus par élongation, certains exagèrent la flexion de nuque, jusqu'à une position du chanfrein très en deçà de la verticale. Cette attitude présente plus d'inconvénients que d'avantages.

avantage : domination élémentaire rapidement obtenue, le plus souvent par l'emploi abusif d'un enrênement : palliatif et solution de facilité.
inconvénients :
retrait en arrière de la main, interprété par le cavalier pour de la légèreté.
le cheval ne s'appuie plus, le cavalier le croit en équilibre, mais il tombe sur les épaules.
le raccourcissement des brachiocéphaliques verrouille complètement le jeu des épaules.
Au total, fortement sur les épaules, et contrarié dans le mouvement en avant, le cheval risque de perdre son "perçant", de passer en arrière de la jambe, et éventuellement de devenir rétif.
Selon Moi:
Le gogue doit être ajusté de façon progressive au cours du travail. L'objectif est de permettre au cheval de dérouler son encolure vers l'avant, à l'horizontale, et de remonter son dos.
Il est préconisé pour les chevaux qui ont une encolure renversée, un dos creux, ou qui sont victimes d'une équitation de compression.

Exemple : Contraction de la ligne du dessus d'un jeune cheval occasionnée par le poids du cavalier, relâchement des muscles de la ligne du dessous. Cette attitude provoque l'élévation de la tête, l'ouverture de la nuque, l'effondrement du garrot, le creusement du dos, le désengagement des postérieurs. A noter qu'un cheval distrait par un évènement extérieur adoptera aussi la même attitude, de façon momentanée, sans que cela lui soit néfaste.
Les règles à la longe

Le gogue doit être réglé de façon à ce que

la nuque soit à la hauteur du garrot au maximum
l'angle tête encolure soit ouvert
Dans ces conditions il permet la musculation de la ligne du dessus : le cheval étend sa ligne du dessus, cela provoque le relèvement de la base de l'encolure, le voussement du rein et l'engagement des postérieurs.
Le brachio-céphalique doit fléchir la nuque, et arrondir l'encolure en se raccourcissant : ce muscle tire le sommet de l'épaule vers la tête. Pour que ce soit possible, le splénius doit s'étirer.
L'angulaire de l'épaule et le ligament supérieur reliant la tête au sacrum soutiennent alors la base de l'encolure et arrondissent l'ensemble du rachis.
Les psoas et les abdominaux arrondissent le segment lombo-sacré en se raccourcissant : ils permettent l'engagement des postérieurs. Pour que ce soit possible, les ischio-spinaux doivent s'étirer.
Dans ces conditions (nuque à la hauteur du garrot, et angle tête-encolure ouvert), vous comprendrez également que si l'on règle le gogue comme sur le manuel de la FFE (voir plus haut), la nuque est à la bonne hauteur, mais la longueur ne permet pas une ouverture de l'angle tête encolure. De ce fait, à l'attache initiale, la position de la tête peut et doit être très variée, le gogue est simplement une indication et non une contrainte, afin que le cheval trouve la position en extension.

Il doit permettre le travail en extension aux trois allures et sur l'obstacle s'il est bien réglé (pas trop court).
Il doit céder dès que le cheval cède (système de poulies)
Il doit assurer la permanence du contact de la main avec la bouche du cheval et non pas s'y substituer.
Le gogue reste un outil de ré-éducation. Son utilisation doit être momentanée, et adaptée à un moment du dressage ou redressage d'un cheval. Elle ne peut être permanente.
Le gogue limite également les défenses liées à des douleurs dorsales, mais en aucun cas, ne les résous.
Enrênement Utilité et Action Précautions d’utilisation et réglage
Gogue fixe Travail à la longe, en liberté et monté

Travail sur le plat aux trois allures et même à l'obstacle

Attitude basse et étendue ( cheval avec encolure à l'envers ou qui portent au vent)

Abaisseur de la nuque : action sur la nuque et non sur la bouche comme les rênes allemandes

Favorise la permanence de contact avec la main

Action cesse dès que le cheval cède : vers le bas avec extension d'encolure Échauffer le cheval avant réglage

Attention jeunes chevaux : risque de se renverser

Raccourcir pendant la séance

Maintenir impulsion

Risque : Cheval derrière le mors ou sur les épaules

Risque : encapuchonnement si réglé trop serré
Pédagogiquement

Le gogue facilite la perception et l'acquisition de la main savante, celle qui sait céder quand le cheval cède, celle qui assure un contact permanent et moelleux avec la bouche du cheval.
Il a rempli sa mission quand il devient complètement inutile en toute occasion et à condition de ne pas être remplacé par un autre moyen de coercition (bride, mors à gourmette...). Le but final pour le cavalier consiste à abandonner tout artifice pour faire appel à ses seules aides naturelles.
Voila pour vous entraîner pour le quiz:
C’était M:
 Posté le Lundi 17 Décembre 2012 à 19h20 | Laisser un commentaire | Lien permanent

Nous allons ....


Hello nous allons vous proposer quelque quiz de chevaux sur le gogue ... en fonction des jours nous metterons des chose sur les equipement equestre du cheval tous cela vous sseras hutile pour nos petit quiz !!!

A bientot : R*****
 Posté le Lundi 17 Décembre 2012 à 12h36 | | Lien permanent

Notre centre


Hello notre blogs vous donne l'autorisation d'aller dans le centre ou on monte a cheval moi et toutes mes amies aller y http://www.equitation-magnanville.fr/crbst_11.html
 Posté le Samedi 15 Décembre 2012 à 22h43 | | Lien permanent

Noel


Hello comment ca va vous savais tous que noel arrive mais attentions les deux jours de noel le blog sera sans article rien vu que c'est noel mais nous on va vraimment s'amuser sur notre blog avec moi et m**** ! aller bonne journee !

R*****
 Posté le Samedi 15 Décembre 2012 à 22h03 | | Lien permanent